Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

29 juil

Titre : Rien ne s’oppose à la nuit

Auteur : Delphine de Vigan

436 p.

JC Lattès, 2011

Résumé :
« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.
********************
Les premiers mots
Ma mère était bleue, d’un bleue pâle mêlé de cendres, les mains étrangement plus foncées que le visage, lorsque je l’ai trouvée chez elle, ce matin de janvier. Les mains comme tâchées d’encre, au pli des phalanges.
********************

Ce que j’en ai pensé

La plume de Delphine de Vigan, je la connais à travers ces romans No et moi et Les Heures souterraines. Ces deux romans m’avaient profondément touchés, remués. Ils sonnaient justes, vrais. L’auteur sait parler à la fois avec tendresse et vérité de ses personnages.

Ici, elle va encore plus loin car elle nous parle d’elle, de sa famille, de sa mère. Elle écrit ici le plus beau portrait, le plus belle hommage qu’elle pouvait rendre à sa mère. Delphine de Vigan, dans cette biographie quelque part un peu romancée, va remuer les secrets de famille. Elle en a besoin pour comprendre sa vie, sa mère, sa famille.

Un matin de janvier, elle va retrouver sa mère, morte depuis quelques jours. Effondrée, elle n’arrive plus à écrire et comprend qu’elle a besoin d’écrire sur sa mère, un besoin vital, elle n’a pas le choix, c’est comme ça et c’est tout. Tout au long du récit, elle fera des apartés pour s’adresser à son lectorat et expliquer le processus d’élaboration de cet écrit : où elle est allée chercher les informations, les interviews avec ces oncles et tantes, avec les amis de sa mère, les moments de doute,… Comme un besoin de justifier ses choix de narration, pourquoi elle a choisi de mettre en avant tel morceau de vie de sa mère plutôt qu’un autre. Ces moments de dialogue avec le lecteur, permet également à ce dernier de respirer… Car la vie de la famille de l’auteur est loin d’être reposante! Beaucoup de drames ont parsemé l’histoire familiale, beaucoup de larmes ont été versé, de nombreux secrets enfouis, mais également des moments de joie.

L’écriture de Delphine de Vigan respire une nouvelle fois la tendresse. Lucile – sa mère qu’elle nomme très peu en ces termes d’ailleurs au long du récit – était un personnage à part. Issue d’une famille nombreuse, elle s’est montrée différente très jeune. Libre, pleines d’imagination et de curiosité, malade et sûrement au final malheureuse, Lucile était une femme fragile, une femme à part. L’auteur trace le portrait de SA Lucile qui ne sera pas forcément celle de ses frères et sœurs. En enquêtant sur le passé familial, elle a voulu comprendre comment elle est devenue qui elle était dans les derniers jours de sa vie.

J’avoue avoir un peu de mal à trouver mes mots pour exprimer ce que j’ai ressenti lors de ma lecture. Tout en lisant, j’avais l’impression d’entendre la voix de l’auteur me narrer son Histoire. Je ne pouvais pas m’empêcher de commenter certains passages, comme si j’étais vraiment en train de discuter avec elle. Les émotions m’ont envahie, m’ont émue, les larmes par moments n’étaient vraiment pas très loin…

En bref…
 Une biographie très émouvante. On ne peut s’empêcher de compatir face au destin familial et aux épreuves qu’ils ont dû traverser. Un magnifique hommage.

C’est lundi, que lisez-vous? #172#

28 juil

c'est lundi

(logo réalisé par mes soins)

Qu’est-ce que j’ai lu cette semaine?

Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

 Mortelles décisions de Kathy Reichs

 

Cesare – 4 et 5 Fuyumi Soryo

 

Les Blagues de Toto – 10. L’histoire drôle de Thierry Coppée

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

La Pire Mission de ma vie n’est pas finie de Robin Benway

Qu’est ce que je lis en ce moment ?

 

Lucky Harbor – 5. Infiniment de Jill Shalvis (et je suis toujours aussi "in love" de cette série!)

 

 

Qu’est ce que je lirai la semaine prochaine ?

Ce sera certainement Et soudain tout change de Gilles Legardinier!

Bonne semaine!

Et vous que lisez-vous?

 Les autres participants à ce rendez-vous sont chez Galleane !

Super Louis et l’île aux 40 crânes de Florence Hinckel

26 juil

Super Louis et l’île aux 40 crânes de Florence Hinckel

Illustré par Anne Montel

La nuit, Super-Louis écrabouille les méchants. Mais le jour, la vie de Louis n’est pas reposante non plus. À cause de Brutus, son « meilleur ennemi ». À cause de Vanessa, qui lui plaît… un peu trop. Voilà pourquoi il a rédigé un Guide de survie du super-héros. Et il en aura bien besoin pour tenir tête à Nubuck, un gangster qui va les kidnapper, lui, Brutus et Vanessa, et les emmener sur « l’île aux 40 crânes », où vit l’inquiétante piratesse, Balafre-à-dent-d’or…

Dès le 27 août dans toutes les bonnes librairies, vous pourrez deux nouveaux titres de la collection Pépix. Il y a quelques jours déjà, je vous parlais de La Drôle d’évasion de Séverine Vidal, je reviens aujourd’hui vous parler du second titre.

Entre le titre et la première de couverture, il n’y a pas de doutes : c’est encore une histoire pleine d’aventures et d’humour.
Louis a l’intention de régiger un guide de survie pour les super héros : en effet, ils doivent pouvoir se fondre dans la masse la journée, sans que personne n’est le moindre soupçon sur leur capacité, même pas leur famille! Et d’après Louis, c’est loin d’être facile facile de faire semblant d’être normal! Et cela l’est d’autant moins quand il vous arrive des aventures extraordinaires dans la vie normale! En effet, un jour alors que Louis livre un combat de toupie avec son pire ennemi Brutus avec Vanessa comme témoin, un gangster – surnommé Nubuck qui pue des pieds – descend d’une voiture et suite à un malentendu va les prendre en otage! Ils se retrouvent tous sur la dangereuse île d’un drôle de personnage : Balafre-à-dent-d’or une piratesse, dure à cuire qui collectionne les crânes! ça fait froid dans le dos non? Comment Louis va-t-il faire pour ne pas dévoiler ses pouvoirs?

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que Louis a plus d’un tour dans son sac et qu’il a aussi énormément d’imagination! Deux capacités qui vont bien aider nos trois compères à se sortir d’affaire! D’ailleurs, ces trois enfants se complètent bien au final et même les deux ennemis révèlent une complicité à laquelle ils ne s’attendaient pas. Florence Hinckel a su tracer le portrait d’un héros bien sympathique auquel on s’attache, pour lequel on a envie de tourner les pages pour connaître la suite de ses aventures. (d’ailleurs la dernière phrase nous fait espérer le retrouver peut-être un jour!!).

Fidèle aux 3 autres titres de la collection, Super Louis est donc plein de rebondissements, de suspens. La narration et la façon de s’exprimer du héros font que l’humour est aussi présent. Jeux de mots, les réparties des jeunes héros, le comique de situation sont au rendez-vous pour que le jeune lecteur (et les moins jeunes) passe un excellent moment.

En ce qui concerne les dessins d’Anne Montel, ils ponctuent le récit aux moments adéquats, illustrent les faits marquants de l’intrigue. Noir et blanc, ils donnent une dynamique et une vie à l’intrigue.

Un quatrième Pépix qui est une nouvelle fois drôle et efficace et qui donc remplit ses promesse.

 

 

N’hésitez pas à vous évader vous aussi dès le 27 août!

logo pepix

Manga no Mokuyõbi [93]

24 juil

Bonjour tout le monde!

Voici mes lectures mangas de la semaine!

 

 

 

Cesare, il creatore che ha distrutto – 4 et 5 Fuyumi Soryo

Tome 4 : Angelo, qui s’est vu confier la supervision du chantier de la manufacture, promet innocemment à Cesare de lui rapporter tout ce qui touchera à l’avancée des travaux. Ayant eu vent de ce pacte, Miguel conseille au jeune Florentin de ne pas accorder aveuglément sa confiance à son camarade espagnol. C’est alors qu’un autre personnage approche Cesare : Niccolò Machiavel, agent à la solde de Lorenzo de Médicis. Lorsque l’espion lui confie que l’état de santé de son employeur est des plus préoccupants, le jeune Borgia prend conscience de la nécessité de réconcilier les Médicis et Raffaele Riario avant que Florence ne montre des signes de faiblesse. Tout en prenant soin de s’assurer de l’identité de tous les membres de la Fiorentina, il met en place un nouveau plan…

Tome 5 : Bien décidé à démasquer ceux qui ont mis le feu à la manufacture, et malgré le peu d’indices en sa possession, Cesare se lance à leur recherche.
Il emprunte des vêtements à Angelo, fausse compagnie à sa garde et part se mêler à la foule de la cité en fête. Mais au milieu des badauds et des forains se cache aussi l’assassin qui en veut à la vie de l’héritier des Borgia…

Cette semaine, lecture des deux derniers tomes de Cesare en ma possession. Il va me falloir patienter pour lire la suite!

Dans le tome 4, cesare mène l’enquête pour savoir qui est responsable de l’incendie. Son caractère manipulateur est mis en avant et Angelo ouvre de plus en plus les yeux sur le vrai visage de Cesare même si il est très dur à cerner. Angelo tente, d’ailleurs, de répondre à Cesare, de s’affirmer, mais la timidité reprend toujours le dessus. Dans ce tome, on fait également connaissance avec la jeune soeur de Cesare :  Lucrezia, et par la même occasion, on découvre la jeunesse du héros.
Dans le tome 5, J’ai beaucoup aimé leurs aventures lors de la fête. Cesare a vraiment été éloigné des réalités de la vie du peuple! On assiste également à la reconstitution d’une bataille. Le côté guerrier de Cesare est mis en avant.
Pour conclure, une phrase "offerte" à Cesare par Angelo qui le définit particulièrement bien :
"La soif de savoir aide l’homme à avancer… l’avidité ne sait que le faire trébucher".

Et vous, vous connaissez ce manga ?

A très bientôt pour de nouvelles lectures!

Aujourd’hui,

Melcouettes a lu des mangas elle aussi : c’est par là!

PS : Vous voulez participer au rendez-vous ? N’hésitez pas à laisser le lien de votre article en commentaire et je le rajouterai à la suite de ce billet!
PS bis : Si vous êtes tentés, merci de mettre le logo,
et de préciser que l’idée vient de TheChouille et de moi (avec un petit lien vers nos blogs :) )

La Drôle d’évasion de Séverine Vidal

23 juil

La drôle d’évasion de Séverine Vidal

Illustré par Marion Puech

Cette année, Zach passe ses vacances à San Francisco avec ses parents. Ce qui l’intéresse surtout, c’est de visiter la prison d’Alcatraz, devenue un musée. Une prison dont PERSONNE ne s’est jamais évadé. Personne ? Pas d’accord ! Après tout, les trois célèbres « évadés d’Alcatraz » ont bien réussi, non ?
Zach en est certain, et il va le prouver. Le plus dur sera de se faire enfermer après la visite… Ensuite, il y arrivera : il a tout prévu. Enfin, tout, sauf que les fantômes s’en mêlent !

La collection Pépix est de retour dès le 27 août dans toutes les bonnes librairies avec deux nouveaux romans pleins d’humour et d’aventures. Les deux premiers volumes de la collection enchaînent les récompenses et les bonnes critiques alors si vous n’y avez pas encore jeté un oeil vous allez pouvoir vous rattraper!

Séverine Vidal (auteur de La meilleure nuit de tous les temps), nous présente Zach, jeune garçon qui a des idées pleins la tête!

Passionné de lectures, il passe sa vie dans les livres. Et pour les prochaines vacances, il a déjà une idée de destination : San Francisco. Ses parents sont d’accord. Bon ce qu’il ne leur a pas dit c’est qu’il veut ABSOLUMENT visiter la célèbre prison d’Alcatraz et prouver qu’on peut effectivement s’évader de cette prison comme on put le faire dans le passé trois criminels que l’on n’a jamais retrouvé. Zach a fait des recherches très poussées et il sait comment faire! Il prépare tout dans les moindres détails.

Le jour J arrive et il se sert du fait que son père est très tête en l’air pour se laisser enfermer dans la prison. Le début de ses aventures commencent mais il ne s’attend pas du tout à ce qui va lui arriver! Comme quoi on ne peut pas tout prévoir!

Ce roman est destiné aux enfants à partir de 8 ans. Et je dois avouer que même si j’ai passé cet âge depuis belle lurette, je me suis laissée emporter par l’histoire! Zach est un petit garçon facétieux et très intelligent. Ses aventures sont drôles et palpitantes. Chaque page m’a tiré un sourire parfois un rire. L’intrigue est rythmée et ponctuée par des illustrations en noir et blanc pleines de vie qui collent parfaitement à l’ambiance du texte. Marion Puech, l’illustratrice, a su donner vie à Zach et à ses aventures. Côté narration, Séverine Vidal a su intégrer son lecteur dans le récit puisque Zach, sur le ton de la confidence, lui confie ses réflexions et ses astuces (cf. Bonus qui parsème le récit).

En bref, un roman jeunesse drôle, palpitant, pleins de suspens et d’aventures.

Un rayon de soleil dans la littérature de jeunesse!

 

 

N’hésitez pas à vous évader vous aussi dès le 27 août!

logo pepix

Létal – 1. Mortellement vôtre de Cynthia Eden

22 juil

Titre : Létal

Tome 1 : Mortellement vôtre

Titre original : Deadly Fear

Auteur : Cynthia Eden

traduit par Marie Perrier

512 p.

Milady, 2014 (Romance – Suspense)

Résumé :
L’agent spécial Monica Davenport du FBI a bâti sa carrière en tant que profileuse experte en tueurs en série. Mais explorer les méandres d’esprits cruels et sadiques a un prix : la carapace de Monica est infranchissable. Sauf pour Luke Dante, son collègue. Cependant leur alchimie sur le terrain et leurs talents d’enquêteurs seront-ils suffisants pour traquer un meurtrier qui se délecte des pires peurs de ses victimes ? Luke et Monica devront affronter les secrets de leur passé, leurs terreurs les plus enfouies, s’ils veulent un avenir ensemble.
********************
Les premiers mots
La fille est toujours en vie?
********************

Ce que j’en ai pensé

Décidément, cette nouvelle collection chez Milady me ravit! 
Mortellement vôtre possède tous les atouts pour faire un coup de cœur : du suspens, une enquête rondement menée, un tueur sadique et rusé, un héros sexy et solide, une héroïne au lourd passée et très charismatique.
Les agents Monica Davenport et  Luke Dante mènent l’enquête pour retrouver un tueur en série qui met en scène les peurs de ses victimes. Monica est un agent à part : elle sait s’infiltrer dans la tête des tueurs afin de comprendre qui ils sont, pourquoi ils le font. C’est un profiler de talent. Côté personnel, par contre, elle a une carapace dure comme de la glace : à part avec son chef de groupe en qui elle a confiance, elle ne se laisse pas approcher. Petit à petit, le lecteur va assembler les pièces du puzzle et comprendre pourquoi. Luke quant à lui est sous le charme de Monica et va/veut être là pour elle.
Ces deux personnages sont très charismatiques. Ils se complètent à merveille dans leur métier (mais aussi dans… non ça je vous laisse découvrir! :P ). En tout cas, moi, j’ai adoré suivre leur histoire!
En ce qui concerne l’intrigue, j’ai trouvé que l’auteur, Cynthia Eden, menait ses personnages et ses lecteurs par le bout du nez!! On est plongé dans l’histoire de ce tueur sadique, on a du mal à lâcher le livre parce qu’on veut savoir qui est ce fou, on veut que nos héros soient à l’abri, on veut souffler… et ça l’auteur ne nous le permet que dans les dernières pages! J’ai bien essayé de trouver qui était le tueur, je me suis forgée une idée mais ce n’était pas la bonne! J’aime être surprise dans les thrillers et là j’ai eu ce que je voulais!!
Que les fans des romances Milady se rassurent, il y a bien évidemment des scènes torrides entre certains personnages! J’ai trouvé qu’elles arrivaient toujours à point si je puis dire! Dans le sens, où elles servent à lâcher un peu de pression dans cette enquête sous tension.
En bref…
J’ai aimé ce couple, j’ai aimé l’écriture, j’ai aimé l’histoire et si le tome 2 que j’ai vu hier en librairie n’avait pas été abîmé je serai déjà en train de lire la suite!
Un immense merci aux éditions Milady !
logocoeur

C’est lundi, que lisez-vous? #171#

22 juil

c'est lundi

(logo réalisé par mes soins)

Qu’est-ce que j’ai lu cette semaine?

Rencontres d’un drôle de type de Gérard Palant

 

Cesare – 3 . de Fuyumi Soryo

Létal – 1. Mortellement vôtre de Cynthia Eden

 

La drôle d’évasion de Séverine Vidal

Super Louis et l’île aux 40 crânes de Florence Hinckle

Les Seigneurs de Bagdad de Brian Vaughan

Qu’est ce que je lis en ce moment ?

 

Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

 Mortelles décisions de Kathy Reichs

 

Qu’est ce que je lirai la semaine prochaine ?

J’ai encore une fois pour ambition de finir ces deux romans et après je m’attaque au tome 5 de Lucky Harbor que je me suis offert hier!hiiii!

Bonne semaine!

Et vous que lisez-vous?

 Les autres participants à ce rendez-vous sont chez Galleane !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 393 autres abonnés