L’Album de la semaine #9

19 oct

Bonjour à tous et à toutes!

Cette semaine, j’ai réécouté en boucle le CD qui m’a accompagné une bonne partie de l’été : Native de OneRepublic

Je crois que je n’ai pas besoin de présenter ce groupe et leur morceau de l’année : Counting stars.

J’adore le rythme de cet album. Les mélodies sont entraînantes, justes, calibrées. On alterne les morceaux rock, pop avec quelques balades. Je ne me lasse pas de l’écouter et même de chanter (mais en mode solo dans la voiture quand personne ne m’écoute! :P )

Et vous vous avez des albums que vous pouvez écouter et réécouter sans vous lasser?

I lived

Cet album contient 12 titres :

1. Counting stars
2. If I lose myself
3. Feel again
4. What you wanted
5. I lived
6. Light it up
7. Can’t stop
8. Au revoir
9. Burning bridges
10. Something I need
11. Preacher
12. Don’t look down

Manga no Mokuyõbi [103]

16 oct

Bonjour tout le monde!

Voici mes lectures mangas de la semaine!

 

 

C’était Nous (tomes 9 à 11) de Yuuki Obata

Nanami est à la fin de ses études universitaires, elle rencontre des difficultés pour trouver un travail. Takeuchi s’occupe beaucoup d’elle et un jour, il lui déclare ses sentiments. Mais Nanami n’a pas complètement oublié Yano malgré l’absence de nouvelles depuis quatre ans…

Après une fin de tome 8 qui laissait présager certaines choses, on retrouve Nanami quelques années après. Elle est en train de finir ses études et cherche du travail. Elle n’a plus aucunes nouvelles de Yano depuis des années mais se raccroche encore à lui, à l’espoir de le revoir un jour. Même si Takeuchi est encore là pour elle, même si ce dernier est fou d’elle mais il est aussi hyper patient quand même!! Il retente encore une fois sa chance et il semble que Nanami soit prête (plus ou moins) à passer à autre chose.

Dans les tomes 10 et 11, on remonte un peu dans le passé, et on apprend le pourquoi de la disparition de Yano. On ne peut s’empêcher de ressentir de la pitié pour lui. Cette période a été très difficile et on comprend pourquoi il a voulu s’isoler. Son manque de confiance en les autres est encore bien ancré en lui.
La fin de ce tome laisse entrevoir une nouvelle fois que les amours de Yano, Nanami et Takeuchi ne sont pas encore prêts à trouver de l’apaisement!

Et vous, vous connaissez ce manga ?

A très bientôt pour de nouvelles lectures!

PS : Vous voulez participer au rendez-vous ? N’hésitez pas à laisser le lien de votre article en commentaire et je le rajouterai à la suite de ce billet!
PS bis : Si vous êtes tentés, merci de mettre le logo,
et de préciser que l’idée vient de TheChouille et de moi (avec un petit lien vers nos blogs :) )

Contrecoups de Nathan Filer

15 oct


Titre : Contrecoups

Titre original : The shock of the fall

Auteur : Nathan Filer

trad. de l’anglais (Grande-Bretagne) par Philippe Mothe

346 p.

Michel Lafon, 2014
Résumé:

Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…
Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.
Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoups est un roman tendre et courageux, porté par une voix absolument unique.

********************
Les premiers mots
Je l’avoue, je ne suis pas quelqu’un de bien. Des fois, j’essaie, mais souvent je n’y arrive pas. Alors quand mon tour est venu de me couvrir les yeux et de compter jusqu’à cent… j’ai triché.
********************

Mon avis

Je ne sais pas trop comment commencer pour vous parler de ce roman. Une chose est sûre : c’est qu’il est à part, qu’il est unique, qu’on le remarque, qu’on y entre pour ne pas en ressortir indemne.

C’est un roman qui parle d’amour fraternel, de maladie, de culpabilité… C’est un roman qui nous parle. C’est un roman bouleversant, émouvant, captivant…C’est un roman qui ne peut laisser son lecteur indifférent.

Matthew, le narrateur, nous raconte la « première » partie de sa vie (car comme il le dit « Cette histoire n’a pas de fin. Pas vraiment. Comment en aurait-elle une alors que je suis toujours là, toujours dedans? »). Matthew est un jeune homme de 19 ans. Dès le début on sait que quelque chose ne va pas chez lui. On ne sait pas quoi (sauf si on a lu le résumé! ;) ) mais les pièces de son puzzle se mettent en place petit à petit. On comprend qu’il est littéralement hanté par son jeune frère, mort dix ans auparavant. De ses mots, on sent une terrible culpabilité qui le ronge, il est tourmenté mais tente d’avancer dans sa vie.

Ses tourments, nous, lecteurs, nous les ressentons au fil des pages. Matthew se raconte à sa façon. On est ballotté entre ses réflexions, ses bribes de passé qui remontent à la surface. La construction de ce roman fait que le lecteur s’implique dans la narration. Le narrateur s’adresse directement à lui, et en employant la première personne du singulier, il a l’impression d’avoir une sorte de conversation dont il faut suivre le fil. Par ailleurs, l’éditeur Michel Lafon (et je suppose que la version originale est construite de même) a également joué le jeu de cette dualité de narration dans sa mise en page. Par exemple, à un moment donné, une page est consacrée à un souvenir, et quand on tourne la page, on passe sans transition au présent, puis à la page suivante on retourne une nouvelle fois au passé. Par ailleurs, le récit est parsemé d’illustrations de Matthew, et cela rajoute une touche de personnalité à ce roman.

Nathan Filer, l’auteur, est infirmier psychiatrique. Il a écrit ce roman lors de son master de création littéraire. il a mis son vécu, son expérience au service de sa plume. Et c’est bien pour ça que ce roman respire une vérité, une réalité dure. J’ai ressenti au plus profond de mon être les émotions envoyées par Matthew. J’ai refermé ce livre hier mais je sais que Matthew va m’accompagner un moment. Il est de ces personnages inoubliables, auxquels on s’est attaché.

 

En bref…

Un roman unique, sublime. Un bijou littéraire!

Merci à Petitebelge pour m’avoir permis de lire ce magnifique roman! :)

Nathan Filer

challengerl2014


Le Mardi sur son 31 #39#

14 oct

 

A l’initiative de Sophie

Chaque mardi une petite citation tirée de la page 31 de ma lecture du moment.

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image!

« Mais là, je vais devoir ralentir un peu. J’ai tendance à m’emballer un peu quand je suis agité. »

Contrecoups de Nathan Filer

C’est lundi, que lisez-vous? #181#

13 oct

c'est lundi

(logo réalisé par mes soins)

Qu’est-ce que j’ai lu cette semaine?

Les Fausses Bonnes Questions de Lemony Snicket – 2. Quand l’avez-vous vu pour la dernière fois de Lemony Snicket

 

Acid Town – 3 de Kyugo

Millénium (tomes 1 à 3) de Runberg, Homs, Man

 

 

Qu’est ce que je lis en ce moment ?

 

Contre coups de Nathan Filer : j’aime énormément pour l’instant

 

Qu’est ce que je lirai la semaine prochaine ?

 

Même objectif que lundi dernier lire : Profanation de Jussi Adler-Olsen

et je rajoute au programme : Woua Woua le chihuahua


Bonne semaine!

Et vous que lisez-vous?

 Les autres participants à ce rendez-vous sont chez Galleane !

L’Album de la semaine #8

12 oct

Bonjour à tous et à toutes!

Cette semaine, j’ai emprunté cet album au hasard. Bien sûr je connais le groupe et sa musique mais je n’avais jamais écouté un album dans son intégralité. Il s’agit de La Rue Kétanou et de leur dernier opus : Allons voir.


Avec cet album, il confirme leur engagement et leurs revendications dans la société actuelle. 

Leur musicalité alterne entre les sons de l’harmonica et les sonorités plus folk. Beaucoup de sentiments sont partagés : la colère, le bonheur, beaucoup de questions et de réflexions…

Un album engagé avec des textes riches.

Interdit (version acoustique) :

 

 

Cet album contient 13 titres :

1. Allons voir
2. Negrita
3. Interdit
4. L’âge nucléaire
5. Le grand chelem
6. L’alignement des planètes
7. La guitare sud américain
8. Le chien
9. Le capitaine de la barrique
10. Un tour
11. Les dessous de table
12. La distance
13. Patricia

Les Fausses bonnes questions de Lemony Snicket – 2. Quand l’avez-vous vu pour la dernière fois ?

11 oct


Titre : Les Fausses bonnes questions de Lemony Snicket

Tome 2 : Quand l’avez-vous vu pour la dernière fois?

Titre original :  All the Wrong Questions, book 2 : When did you see her last?

Auteur : Lemony Snicket

274 p.

Nathan, 2014
(SORTIE LE 16 OCTOBRE )
Résumé:

Avant de vous aventurer dans ce roman, posez-vous ces questions : 1- Est-ce que quelqu’un a vu la disparue ? 2- Pourquoi ses parents ne sont-ils pas contrariés ? Ils ont plutôt l’air désorienté. 3- Qu’ont à voir une expérience de chimie, une épicerie, des cheveux indisciplinés et une statue volée ? 4- Maintenant c’est moi qui suit désorienté. Pourquoi changez-vous le sujet ? Vous êtes supposés réfléchir à propos de la disparue. Où est-elle ?

********************
Les premiers mots
C’est l’histoire d’une ville, c’est l’histoire d’une statuette, c’est l’histoire d’un enlèvement. Je séjournais dans la ville, j’enquêtais sur un enlèvement, j’étais persuadé que la statuette avait disparu à jamais.
********************

Mon avis

Lemony Snicket et son style unique!
Je ne l’avais pas lu depuis la fin des aventures des orphelins Baudelaire. Et j’ai eu plaisir à retrouver sa plume.

Sous le pseudo de Lemony Snicket se cache en réalité l’écrivain, musique et scénariste Daniel Handler. Mais il a connu son succès grâce à ses œuvres jeunesse. Ce personnages lui colle à la peau désormais! Dans les Orphelins Baudelaire, c’était Lemony qui nous racontait son enquête et son implication plus ou moins lointaine dans leurs aventures.
Ici, Lemony est le personnage principal et il a une dizaine d’année. Il fait partie d’une organisation secrète (chutttt! il n’a pas le droit de la nommer, elle n’existe pas!). Dans le premier tome, il a mener son enquête ou plutôt comme il préfère le dire « lever un mystère » en retrouvant une statuette. Dans ce nouveau tome, c’est une jeune chimiste Cléo Knight qui a disparu. Mais dans la ville de Salencres-sur-Mer personne ne trouve ça réellement bizarre, même ses propres parents. Et même si son mentor croit qu’il s’agit d’une fugue, Lemony avec son sens de l’observation légendaire, n’y croit pas! Et il va lever le mystère en solo, enfin presque!
De fil en aiguille, en posant les bonnes questions et en analysant et recoupant les réponses, Lemony va mettre en place les pièces du puzzle.
Lemony Snicket signe une nouvelle fois un roman jeunesse plein d’entrain, de vie, d’ironie et d’humour. Les réflexions du héros toujours plein de sous-entendus et de répartis juste et bien placées donnent le ton. Au fil de la narration, l’auteur s’amuse avec les synonymes. Il n’est pas rare de trouver plusieurs lignes qui répètent la même chose. Une façon pour lui d’insister sur un fait, une figure de style qui est sa marque de fabrique. Cela peut paraître parfois pesant et lourd, mais le lecteur s’adapte à  sa rhétorique car l’air de rien cela donne un rythme, une ambiance et on avance aisément dans l’intrigue, on se prend au jeu des indices laissés ça et là, on tente nous aussi de percer le mystère!
Mais, tout comme dans sa précédente série, un mystère demeure : quelle est cette organisation secrète?
En bref…

Un roman jeunesse mystérieux et pleins de secrets. Drôle, intelligent, il saura développer l’imagination de ses jeunes lecteurs! (à partir de 10 ans).

 


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 414 autres abonnés