Roman

Le Montespan de Jean Teulé

couv12665568Le Montespan

Auteur : Jean Teulé

333 p.

Julliard, 2008

résuméAu temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan… Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…

çacommenceparLe samedi 20 janvier 1663, vers onze heures du soir, au sortir du Palais-Royal où Monsieur – le frère du Roi – donne un grand bal, deux jeunes hommes, suivis par six autres, déboulent dans la rue. Ils s’engueulent dans un éblouissement de plumes et de dentelles.

cequejenaipenséTout le monde connaît (au moins de nom!) Madame de Montespan, la favorite de Louis XIV. Mais l’Histoire a oublié un peu son pauvre mari délaiss, Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin. Heureusement, Jean Teulé est là pour remettre les choses en place!
Avec sa verve habituel, l’auteur nous conte l’envers du décor, la petite histoire derrière l’Histoire. Qui était ce monsieur de Montespan? Comment a-t-il réagi ?
Nous faisons la connaissance de ces deux jeunes gens au moment de leur rencontre. Au bout d’une semaine, ils se marient (oui oui on ne perd pas de temps à l’époque! Surtout que Madame devait se marier et avait déjà la robe! Mais son fiancé a eu la mauvaise idée de mourir!). Bref, entre eux c’est le coup de foudre, des amants passionnés, qui dilapident assez rapidement leur pauvre rente. Monsieur le Marquis tente de redorer son blason auprès du Roi Soleil en partant à la guerre… mais ça ne fonctionnera pas. Par contre, quand ce dernier croise le regard de Françoise de Montespan (qui a alors pris le surnom d’Athénaïs, plus exotique!) il décide d’en faire sa favorite au grand dame de son mari cocu! La Montespan s’installe alors à Versailles, et sait se servir du roi pour obtenir tout ce qu’elle désire.
Le Montespan, quant à lui, souffre. Il est jaloux et hargneux envers ce roi qui s’octroie la propriété d’autrui. Car il aime sa femme et ne supporte pas qu’il touche à elle! Il refusera toutes les offres du roi : remboursement de ses dettes, nouveau titre de noblesse… Entre les moqueries du peuple et le couroux du roi, le pauvre Montespan se sent bien seul. Il broie du noir mais ne baisse pas les bras.
Jean Teulé revisite ici une partie de l’Histoire comme lui seul sait le faire : avec humour et ironie. Il romance l’histoire. J’avais beaucoup apprécié cette façon de faire avec Charly 9. J’ai appris beacoup de chose sur cette période, notamment au niveau des us et coutumes. De façon cocasse et touchante, l’auteur sait mettre en avant les points sombres et la réalité des faits. Bien sûr, il doit prendre quelques libertés (enfin je suppose n’ayant pas fait de recherches historiques de mon côté) mais en mettant en scène des personnalités historiques il ne peut pas trop jouer avec les faits et ainsi il ancre son récit dans un contexte crédible.
La plume crue et réaliste de l’auteur permet au lecteur d’être projeté à l’époque de ce récit. On imagine sans peine les décors, les costumes, les postures, les lieux, les odeurs (surtout quand il explique l’hygiène du roi!). Le roman se veut être le reflet d’une époque décadente et opulente pour l’aristocratie.
J’ai apprécié les personnages secondaires : les domestiques du Montespan. Ils sont touchants dans leur soutien envers leur maître. Ils ont plus les pieds sur terre et tentent de le raisonner. Ils apportent également une touche de comique de situation dans leur façon d’agir.
en brefUn roman historique qui se veut original, drôle et instructif. Comme à chaque fois avec Monsieur Jean Teulé!
 Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin

5 réflexions sur “Le Montespan de Jean Teulé

  1. je suis contente qu’il t’ait plus car c’est pour l’instant mon titre préféré de l’auteur ! J’ai lu Charly 9 après Le Montespan et je l’ai trouvé un poil en-dessous…

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #268# |

  3. Coucou,
    J’avais adoré ce livre, morte de rire en même temps d’avoir bien pitié du pauvre Mr de Montespan, texte très cru mais je pense que c’est exactement ce qui se passait à cette époque ^^

  4. Pingback: Bilan Septembre 2016 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s