Roman

Face à la mer de Françoise Bourdin

couv49285112Face à la mer

Auteur : Françoise Bourdin

279 p.

Belfond, 2016

résuméMathieu tient une librairie indépendante au Havre depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à son entreprise, ce qui lui a valu un divorce et l’a empêché de voir grandir sa fi lle, Angélique. Passionné par son métier, entouré de collaborateurs qui l’admirent, il réussit pleinement. Mais le succès a un prix, et un jour, c’est le burn-out. Impossible pour Mathieu de pousser la porte de sa librairie. Déprimé, apathique, il décide de tout plaquer et de se réfugier à Sainte-Adresse, dans la maison de son vieil ami César qui vient de mourir. Alors qu’il n’aspire qu’à la solitude, ses proches s’invitent les uns après les autres. Tess, sa compagne amoureuse mais impuissante à l’aider, son ex-femme, ses quatre frères, qui ne comprennent pas les raisons d’une telle crise. Seule Angélique prend la mesure de la situation et, malgré sa jeunesse, décide de veiller sur la librairie et de motiver chaque jour les employés, quitte à négliger ses études. Tandis que Mathieu tente de trouver dans son passé l’origine du mal qui l’anéantit, la détermination sans faille d’Angélique pourrait bien l’aider à se reconstruire et à envisager une nouvelle façon d’exercer son métier. Surtout si des dangers surgissent…

çacommencepar-Fichu César, maudite baraque ! ragez Mathieu en appuyant sur le disjoncteur.
L’électricité revient  et la roue du compteur se mit à tourner lentement. Dans la lumière chiche de l’ampoule qui pendait à une poutre, la grange paraissait sinistre.

cequejenaipenséCela faisait longtemps que je n’avais pas eu l’occasion de lire un roman de Françoise Bourdin. Mais celui-ci ne pouvait pas m’échapper! En effet, le héros de cette histoire est libraire! Logique que je m’intéresse à lui non?
Nous voici donc au Havre. Ville dans laquelle s’est installée depuis des années Mathieu. Il aime cette ville. C’est pourquoi il s’y est installé en tant que libraire. Et il fait partie de ces libraires passionnés et passionnants. Il sait écouter ses clients, conseiller (il dévore!), se renouveler… bref! Il donne envie d’aller visiter sa librairie! Mais voilà… Mathieu a vidé ses batteries. Lui qui est plutôt du genre hyperactif dans son métier… ressent du jour au lendemain un profond dégoût. Il ne peut même plus entrer dans les lieux.
Il se réfugie dans une maison face à la mer acquis récemment en viager. Là, il s’isole, déprime, tourne en rond… Il vit ce qu’on appelle un burn-out. Il n’aime pas ce mot… Il ne pensait pas que ça lui arriverait un jour…
Son entourage a du mal à comprendre la situation et encore plus de mal à comprendre son comportement. Ce n’est pas le Mathieu qu’ils connaissent. Et pour la majorité d’entre eux (sa mère, ses frères), il fait du cinéma. La dépression ne touche pas les hommes. Il est paresseux… Lui qui a donné toute son énergie dans son métier… Je dois avouer que ces personnes là (et leurs réflexions) m’ont légèrement énervée! Je sais bien que c’est sûrement un effet voulu par l’auteur pour faire réagir le lecteur. Ces personnages sont caricaturaux et reflètent les préjugés d’une majorité de la population face à cette maladie. L’incompréhension, la négativité, les reproches contre le manque de réaction de ces malades sont monnaies courantes. Mathieu lui-même doute de lui, il ne comprend pas son manque d’énergie et d’enthousiasme qui le caractérise d’habitude. Sous les encouragements de sa compagne Tess et de sa fille, il accepte de se faire aider par un psy. Et il va comprendre que sa dépression n’est pas seulement due à son hyperactivité professionnel mais aussi à son passé et à ses relation avec sa famille.
Le lecteur assiste alors à sa convalescence et à sa renaissance.
Parallèlement, il va devoir faire face à deux grippe-sous qui veulent mettre la main sur sa maison face à la mer. Il s’agit des cousins de l’ancien propriétaire, César. Ce dernier, à qui Mathieu avait déjà acheté le fond de commerce de la librairie, était un homme original et assez seul. Mathieu et lui avait créé une véritable amitié. Le libraire avait acquis sa maison en viager pour assurer à l’homme un revenu fixe qu’il ne pourrait pas faire flamber aux jeux. Mais les deux cousins ne le voient pas de cet œil. Pour eux il y a abus de confiance. Ce combat sera-t-il l’électrochoc qui aidera Mathieu à aller mieux?
Françoise Bourdin propose avec son nouveau roman un sujet délicat, traité avec beaucoup de justesse. Je me suis facilement glissée dans la peau de Mathieu et de sa détresse. Les personnages qui gravitent autour de lui peuvent être irritants mais ils reflètent une réalité. Mathieu est un personnage fragile (et le reste à la fin du roman logiquement), mais il est attachant et qui donne envie de faire sa connaissance. Et je pense qu’il mettrait à mal nos comptes en banque ainsi que nos PAL!
Je conclus ma chronique par un extrait qui résume parfaitement l’idée du roman :
Vous n’êtes pas très patients, les uns et les autres ! Il y a deux mois qu’il est déprimé, et pour vous, c’est déjà trop long. Comme quoi il faut toujours être au top, sinon on est impitoyablement jugé et rejeté! Moi, j’aime mon père, je le défendrai jusqu’au bout.
en brefLe nouveau Françoise Bourdin aborde le sujet délicat de la dépression avec beaucoup de justesse. Certains personnages sont certes caricaturaux mais reflètent une triste réalité.

6 réflexions sur “Face à la mer de Françoise Bourdin

  1. Je tiens à vous remercier de ce partage de résumé de ce livre que je vais me procurer sans tarder. Vous avez su percer avec justesse le ressenti d’une personne atteinte de burn out tout comme les réactions de son entourage. .parfois maladroites parfois à la limite de la méchanceté. .suite à mon brun out j’ai voulu me faire interner afin de traiter en profondeur ce mal qui me rongeait..et ça m’a sauvé la vie..en effet! Le coupable était mon boulot..mais pas seulement! Avec ma psy on a travaillé en profondeur. .et mis au jour des douleurs de l’enfance par ex…
    De ce mal on peut comme moi renaître ou disparaître malheureusement comme certaines personnes. .j’ai failli être de ces derniers.. mais aujourd’hui c’est pour moi une renaissance et une combativité plus fortement encore qu’ auparavant. .voilà je voulais juste vous donner mon témoignage pour accréditer la justesse de vos propos. .merci encore

    • Merci pour votre retour. Et heureuse d’avoir su mettre des mots sur cette réalité. Je n’ai moi-même pas vécu de burn-out mais je n’en étais pas loin. Mon corps a su me donner un signal d’alarme. Dans ces moments-là, il est important (même si c’est difficile) de trouver la bonne personne pour nous aider.
      Courage à vous en espérant que tout ça soit derrière vous!

      • Merci à vous..oui je pense et espère ne pus jamais revivre çà! Comme vous mon corps m’a alerté de plus en plus vivement. .et j’ai fini par comprendre qu’il me fallait de l’aide. .aujourd’hui je revis pleinement!

  2. Pingback: Bilan Septembre 2016 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s