Roman "jeunes adultes"

Métal Mélodie de Maryvonne Rippert

couv29078398Métal Mélodie

Auteure : Maryvonne Rippert

210 p.

Milan, 2011 (Macadam)

résuméQuatre mois ! La mère de Luce est partie pour quatre longs mois à l’autre bout de la planète.
Bon débarras ! Sur fond de teufs metal, Luce entend bien profiter de sa nouvelle liberté. ais, passé le moment d’euphorie, des questions se posent : pourquoi ce départ précipité ? Où est sa mère exactement ? Et pourquoi est-ce qu’elle n’appelle pas ?

çacommencepar Lorsque Luce descendit du train, la chaleur lui explosa au visage. Une chaleur dure, sèche, sans compromis, qui lui pesait sur la nuque alors qu’elle déposait à grand-peine son sac sur le quai.

cequejenaipenséDans mon « C’est lundi que lisez-vous? » de cette semaine (ICI), je vous expliquez que lors du dernier comité de lecture pour ados que j’anime chaque mois dans ma médiathèque, j’avais mis en place un petit jeu. Chaque ado est reparti avec un livre dont j’avais camouflé la couverture, le titre ainsi que le nom de l’auteur. Ainsi, le lecteur plonge dans l’inconnu et sans attente particulière dans le roman. Dans ce même cadre, les ados m’ont choisi deux titres à lire et ont caché de la même manière les informations. Je me suis donc retrouvée à leur place. ah oui, j’oubliais! Dernière consigne : il fallait également trouver un titre au roman lu! Je me suis donc pliée au jeu également et avec grand plaisir.

C’est donc dans ces conditions que j’ai commencé la lecture de ce roman. Je ne savais pas de quoi ça allait parler, ni quel genre c’était… je n’avais pas d’autres choix que de me laisser guider par l’auteur.

 Luce. Une ado en pleine rébellion. Qui n’accepte pas l’autorité de sa mère. Qui est en colère contre tout depuis le décès brutal de son père. Avec sa mère rien ne va plus… pourtant elles s’entendaient si bien jusque là. Alors sa mère, Inès, jette l’éponge. Luce, en rentrant un jour, découvre une lettre de sa mère. Son journal l’envoie en mission en Australie pour six mois. Elle ne l’a pas prévenu avant. Cela sera un bon moyen de se séparer. Que Luce apprenne à vivre seule, à grandir. Une séparation nécessaire. Pas moyen de correspondre pendant quelques semaines. Luce en reste bouche bée! Elle n’arrive pas à comprendre la démission de sa mère. Mais elle est bien décidée à lui montrer que c’est facile d’être adulte. Première soirée de teuf avec ses copains (et des inconnus). Alcool, drogue… Luce se sent libérée! Mais dès le lendemain, elle commence à prendre la mesure de la situation. La maison est un capharnaüm. Une SDF a bien l’intention de prendre ses quartiers chez elle. Bon après tout pourquoi pas. Et puis quelques jours plus tard, les inconnus qui défilent, qui vident le frigo, la squatteuse, les sous sur son compte qui diminue, le silence de sa mère… Luce commence à déchanter. Luce commence à s’inquiéter pour sa mère. Elle commence alors à mener son enquête. Elle apprend alors que non elle n’est pas en Australie mais qu’elle a pris un congé sabbatique. Pire elle apprend qu’Inès n’est pas son vrai patronyme. Mais qui est réellement sa mère? La connaît-elle vraiment? Qu’a-t-elle chercher à fuir? Luce va alors remuer le passé et tenter par tous les moyens de retrouver la trace de sa mère. Et son périple la fera voyager en France mais aussi jusqu’à Grenade (cette partie est d’ailleurs ma préférée! C’est malin maintenant j’ai envie d’aller là-bas!)
Durant ces quatre mois de « liberté », Luce va mûrir, grandir, sortir de sa chrysalide. Elle va apprendre à prendre confiance en elle, à s’aimer, à aimer sa mère. Elle apprendra aussi à faire confiance aux bonnes personnes.

En découvrant, le titre et l’auteur, j’ai été ravie du choix de mes jeunes lectrices! Cela faisait longtemps que j’avais envie de lire ce roman (il me faisait de l’oeil avec sa jolie couverture) et puis j’avais beaucoup aimé l’ambiance que dégageait l’écriture de l’auteure dans Blue Cerise.
Son personnage, Luce, m’a quelque peu agacée par moment. Elle est finalement très immature et ne réfléchit pas avant d’agir. Mais elle apprend vite de ses erreurs et en tire les conséquences. L’attitude de la mère m’a tour à tour choquée (c’est facile de fuir le problème), inquiétée… mais l’auteur nous donnera toutes les réponses que le lecteur pouvait se poser et saura le rassurer… ou pas. Je ne sais pas ce qui m’a alertée mais j’ai sentie venir cette fin, belle, frustrante, difficile, mais parfaite pour ce récit.

Le titre que je lui ai donné : Libérée? la vérité… (oui je sais pas très douée pour trouver un titre! Mais c’est difficile!!)

en bref Une relation mère-fille chaotique. Des émotions à fleur de peau. Un très joli roman sur la confiance en soi et la relation avec autrui.
Advertisements

5 réflexions sur “Métal Mélodie de Maryvonne Rippert

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #283# |

  2. C’est un livre qui a été très apprécié par les élèves qui lui ont décerné le Gayant Lectures en 2012.
    En tant qu adulte j’ai aussi beaucoup aimé.
    Merci pour cette rubrique qui ravive de bon moment de lecture.
    Bonne journée et bonnes lectures
    Cyru

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s